Tag Archives: élevage intensif

Un jeu très actuel, pour revenir à nos fermes d’antan

Quelques jours après avoir écrit mon dernier post, je suis tombée sur un site mentionnant un jeu “honnête” pour les enfants; je suis de ce pas allée voir ce qu’il en était et en effet! L’association CIWF (une ONG œuvrant pour des pratiques d’élevage respectueuses du bien-être animal) a créé un jeu de ferme, tout à fait dans le même style que ce qu’on fait habituellement au niveau des couleurs, des formes simples et des mignons animaux, si ce n’est que l’idée est d’en entasser le plus possible, de leur donner des antibiotiques afin qu’ils soient “en bonne santé”, de déforester un maximum pour les nourrir, avant de les transformer en mini-tranches de lard ou en bouteille de lait qu’on emmène ensuite au supermarché dans un adorable camion!
antibiotics take-your-food-to-marketAbsolument excellent. Je pense que ce serai un outil pédagogique parfait pour expliquer aux enfants ce qui est fait dans le vilain monde de l’élevage intensif, partout sur la planète. En plus, les enfants aimeraient y jouer, il n’y a qu’à voir l’objet pour en être persuadé! Mais Your Farm n’est pas fabriqué ni vendu, bien sûr. Il s’agit d’une campagne, vraiment géniale, visant via l’adhésion à la liste des #FarmFixers (autrement dit, ceux qui “réparent” le système) et à diffuser le message auprès de personnes influentes. N’hésitez pas à vous inscrire (http://bit.ly/1MTTDH7) ou à aller regarder la publicité qu’ils ont conçue, également parfaite :  http://bit.ly/1Uct0Dh, ou encore leur site: www.ciwf.fr
IMG_0266   IMG_0482
De mon côté, je souhaite la fin de la consommation d’animaux, qui implique celle de l’élevage, mais il est indéniable que ce serait déjà une excellente chose si les animaux vivaient dans de meilleures conditions. Cet été, j’étais en Ecosse pour une dizaine de jours, et même si je sais qu’ils sont particulièrement fiers de leurs vaches Angus dont les steaks sont vantés dans pratiquement tous les restaurants, ainsi que leurs agneaux, snif, j’étais constamment émue de voir partout les moutons gambader dans des collines à perte de vue, les vaches se promener avec leur veau dans l’herbe vert vif, sans parfois ne serait-ce qu’apercevoir de clôtures. Je ne pouvais que penser à tous leurs congénères, enfermés dans des espaces ridicules et malodorants, torturés physiquement et psychologiquement, séparés de leurs petits, et me dire qu’à choisir, le “système” écossais m’irait -et leur irait, surtout!- bien mieux.
IMG_0558Le système écossais étant tout simplement comme vous le savez bien, l’exemple de ce qui se faisait avant; un élevage raisonnable, avec un nombre censé d’animaux qui vivaient à l’extérieur et mangeaient ce qu’ils sont naturellement supposés manger, respirant l’air frais, les sabots dans l’herbe et la terre…

Bin oui, c’était mieux avant 😉 et ça fait du bien parfois de voir encore des animaux comme ceux-ci, heureux et tellement beaux. Libérons tous les autres!! Et les cochons, et les poulets et les lapins et les lions et les orques et les dauphins, etc… En mangeant moins ou pas de viande ni de poisson, on va forcément réussir à provoquer une réaction, ne serait-ce que parce que les élevages intensifs n’auront plus de raison d’être. Vivement ce jour, qui approche, j’en suis certaine!

Bonne journée et bon week-end à tous, et un grand merci d’être là.

Préserver l’eau, un enjeu que chacun peut relever

Tout le monde a vaguement en tête la menace que représente la surconsommation d’eau, et les conséquences dramatiques qu’aurait une pénurie mondiale de cette ressource fondamentale ; on imagine les murs dressés entre ceux qui auraient de l’eau et les autres, les riches capables d’en acheter et tous les autres réduits à survivre comme ils peuvent. Sans parler de toutes les espèces animales condamnées à disparaître. Cela nous semble un peu science-fictionnesque, même si nous sommes nombreux à faire attention lorsque nous ouvrons un robinet, prenons une douche, arrosons notre jardin etc. Nous avons plus l’impression -je crois- de faire de la prévention que de réellement contrer une pénurie potentielle.
Eau végétarisme
Un rapport récent de la NASA confirme cependant la réalité de cette menace et la rapidité avec laquelle elle se rapproche. En observant l’évolution des 37 plus importantes nappes d’eau dans le monde de 2003 à 2013 avec le satellite GRACE, la NASA en a conclu que pas moins de 21 de ces sources d’eau se sont appauvries à une vitesse effrayante. Sur ces 21, treize sont quasiment asséchées, ni la pluie ni la fonte des neiges ne semblant plus leur permettre de se recharger.

Credits: UC Irvine/NASA/JPL-Caltech

Credits: UC Irvine/NASA/JPL-Caltech

Bien que GRACE ne soit pas en mesure de calculer la quantité d’eau contenue dans chacune de ces sources, et que la NASA ne peut donc pas dire précisément à quel point la situation est critique, il est assez évident que l’assèchement progressif de ces nappes aquifères est plus qu’inquiétant et doit être observée de près.

Eau cycle disparition

En plus de continuer à utiliser l’eau avec modération, une denrée rare et plus indispensable à la vie que n’importe quelle autre de nos ressources -air mis à part, quoiqu’en comptant les poissons, enfin je m’égare…-, nous devons chacun à notre niveau contribuer à préserver l’eau. Ce sont les activités humaines intensives qui assèchent les sources : l’eau que nous utilisons tous au quotidien pour boire, laver, cuisiner, l’eau qui est utilisée pour l’industrie, l’agriculture et l’élevage, et dont nous dépendons.

Certes, l’industrie consomme énormément d’eau et les industriels auraient leur rôle à jouer. Mais l’agriculture reste la principale cause de l’assèchement des nappes aquifères dans le monde… L’agriculture requiert 70% des ressources d’eau disponibles, et un tiers de cette eau est utilisée pour produire de quoi nourrir et hydrater le bétail destiné à notre consommation, en plus de servir à nettoyer les infrastructures et les faire tourner. Produire un seul litre de lait équivaut ainsi à prendre une douche tous les jours pendant un mois ! Et produire un seul kilo de viande nécessite 15000 litres d’eau, un chiffre à peine croyable…

Eau végétarisme

Il est impensable de continuer à produire la quantité de viande que les pays industrialisés consomment actuellement, et seule la baisse de cette quantité peut enrayer ou du moins ralentir l’épuisement des ressources, un épuisement dont les motifs sont réellement absurdes. Nous n’avons pas besoin de manger autant de viande, nous n’avons pas besoin que l’agriculture développée dans des pays pauvres serve à nourrir des animaux, destinés à être tués et consommés chez nous : nous devons prendre conscience que la situation est devenue ingérable, insensée, et diminuer en conséquence notre consommation de viande. Même en ne prenant en compte qu’un point de vue égoïste, faisons-le pour pouvoir encore pendant quelques années au moins prendre une douche tous les jours, nous brosser les dents, arroser nos petites plantes, faire nos vaisselles, nettoyer nos sols, etc etc. Accessoirement, nous rendrons service à la planète, aux populations du sud du globe et à des centaines de millions d’animaux…

Copyright: bebb - http://lesmouches.canalblog.com/

Copyright: bebb – http://lesmouches.canalblog.com/

Pour ceux d’entre vous qui veulent lire l’article de la NASA en entier: http://1.usa.gov/1TuqpSq