Tag Archives: condition animale

Le végétarisme et la tolérance progressent! A fêter avec des brochettes arc-en-ciel

Hello,

J’ai de nouveau pris du retard, et pourtant il s’en passe des choses dans la veggiesphère en ce moment!

Du côté des bonnes nouvelles, la veggitude ne cesse de gagner du terrain, même s’il y a encore beaucoup à faire. On ne peut de toute façon pas rêver que tout le monde devienne tout d’un coup végétarien, encore moins végétalien, mais l’impact du fait que certains le deviennent et que beaucoup commencent à manger moins de viande est plus que considérable.

Aux Etats-Unis, les chiffres annoncent que le nombre d’animaux tués pour la filière alimentaire a baissé de pas moins de 400 millions entre 2007 et 2014. C’est énorme. En Allemagne, la tranche des 15-24 ans seraient pour 15% d’entre eux végétariens, ce qui est aussi tout à fait énorme , les statistiques “habituelles” pour les Etats-Unis ou les pays européens étant d’ordinaire plutôt autour de 5%. Même l’Oktoberfest propose désormais des aternatives véganes aux plats traditionnels !

Par ailleurs, le nombre de magasins de produits végétaliens qui ouvre un peu partout en Europe est exponentiel. Vivement que ce soit le cas en France, où pour l’instant, il faut vraiment chercher pour trouver ces produits décrits dans les recettes, les livres, les blogs de nos amis anglophones, et qui nous faciliteraient tellement la vie…

Toujours du côté des bonnes nouvelles (comme quoi je ne fais pas toujours que râler 😉 ), c’est aussi l’été, ce qui veut dire que les recettes pour aider les veggies à survivre à la succession de barbecues se multiplient comme des petits pains végans… J’ai repéré celle-ci, que je ne peux résister à vous traduire. Je l’ai trouvée sur le blog www.gimmesomeoven.com, pas un blog veggie mais pas mal de recettes sans viande quand même, et bien que je n’aie pas encore eu l’occasion de tester ces magnifiques brochettes, il y a peu de chances que ce ne soit pas délissiousse.

Regardez-moi ça, si c’est pas beau !

Copyright: blog gimmesomeoven.com

Copyright: blog gimmesomeoven.com

Copyright: blog gimmesomeoven.com

Copyright: blog gimmesomeoven.com

Et qui plus est, on ne peut plus d’actualité ! Disons que c’est un hommage culinaire à la loi passée par la Cour Suprême des Etats-Unis ce vendredi 26 juin, légalisant le mariage homosexuel sur l’ensemble du territoire 😉 Un symbole de notre respect de la vie et de l’amour que nous portons à l’ensemble des êtres vivants ! Et oui, en y réfléchissant un peu, même une brochette peut avoir une profondeur et différents niveaux de lecture ! Haha, bon je m’emporte, mais tant que c’est dans la joie n’est-ce-pas ! Love wins !

Mariage gay twit Obama

La recette en français donne ceci, enfantin à préparer (et rien ne vous empêche de choisir d’autres légumes que vous préférez, l’idée étant simplement qu’ils soient de la bonne couleur ; et de couper des morceaux de tailles à peu près équivalentes, pour que tout cuise correctement et que ce soit plus joli, aussi !) :

Brochettes de légumes arc-en-ciel
 
Prep time
Cook time
Total time
 
Author:
Recipe type: Plat ou accompagnement
Cuisine: Barbecue
Ingredients
  • Pour environ 16 brochettes
  • Vinaigrette :
  • ¼ de tasse d’huile d’olive
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique blanc (pour éviter de brûnir les légumes, mais si vous n’en trouvez pas, ce n’est pas grave, le balsamique normal fera l’affaire !)
  • 2 gousses d’ail émincées
  • Sel et poivre
  • Légumes
  • 16 tomates cerise
  • 1 poivron rouge
  • 1 poivron orange
  • 1 courge jaune
  • 1 courgette
  • 1 poivron vert
  • 1 oignon rouge
  • 8 petites pommes de terre violettes coupées en deux
Instructions
  1. Côté vinaigrette, mixez tous les ingrédients et fouetter jusqu’à ce que tout soit bien mélangé
  2. Faites bouillir de l’eau, ajoutez les pommes de terre pendant 10 minutes jusqu’à ce qu’elles soient tendres
  3. Mettez tous les légumes coupés en morceaux d’environ 2-3 cm dans un grand bol, avec les demi-pdt, ajoutez la vinaigrette et secouez le tout délicatement jusqu’à ce que l’ensemble des légumes soit bien couvert de sauce.
  4. Mettez les légumes au frigo, pour 10 minutes minimum, pour quelques heures si vous avez le temps.
  5. Il ne vous reste plus ensuite qu’à enfiler vos légumes dans le bon ordre 😉 sur vos broches (si vos piques sont en bois, faites-les d’abord tremper dans l’eau, pour éviter qu’elles brûlent), à les saupoudrer de sel et de poivre et à les placer sur le grill légèrement huilé de votre barbecue. Les légumes devraient cuire en 7-8 minutes.
  6. Un régal des yeux, et des papilles !

A bientôt pour toujours plus de bonnes nouvelles 😉

Les deux lapins qui me rendent chèvre

J’ai toujours aimé les animaux, mais c’est à deux lapins que je dois la prise de conscience qui m’a amenée à devenir définitivement végétarienne.

Il y a six ans de cela, j’étais au chômage et, seule chez moi pendant la journée, j’avais terriblement besoin d’une présence. J’avais toujours voulu un chien, mais mon conjoint refusait que nous en adoptions un tant que nous étions en appartement, argument que je ne pouvais qu’accepter.

Un jour, au détour d’une de mes innombrables visites sur des sites proposant des animaux à l’adoption, je vis la photo d’un tout petit lapin, bien entendu invraisemblablement mignon. Tant pis si contrairement à un chien, un lapin n’allait sans doute pas m’offrir une vraie relation, une véritable interaction ; je voulais aimer celui-là.

P'tit Pimousse, vraiment p'tit

Mon P’tit Pimousse, quand il était vraiment p’tit

Eh oui, à l’époque je pensais que la plupart des animaux n’étaient que des boules de poils plus ou moins grosses, munies d’instincts et de besoins. Je ne les en aimais pas moins pour autant, mais je n’en attendais pas davantage.

Quels ne furent pas mon étonnement et ma joie en découvrant semaine après semaine que si regarder vivre cette petite chose et m’en occuper étaient comme je m’y attendais source d’amusement et de réconfort, il était encore plus jubilatoire de déceler chez elle un vrai caractère, une vraie personnalité. Fou de câlins, P’tit Pimousse était aussi curieux, voire casse-cou, et adorait s’endormir près de moi ou se nicher entre mes pieds quand je travaillais.

Deux mois plus tard, nous étions devenus bien trop proches et je craignais le jour où ayant enfin retrouvé du travail, je devrais le laisser seul. Je décidai donc de prendre une petite lapine pour lui tenir compagnie.

P'tit Pimousse rencontre Chipie; c'est l'amour...

P’tit Pimousse rencontre Chipie; et l’adopte.

Chipie, qui a gagné son nom à la seule force de sa chipitude, était effrontée, beaucoup moins sociable et câline que Pimousse, courageuse et… capricieuse, tapant du pied dès que quelque chose la dérangeait. Quelque chose, c’est-à-dire moi m’asseyant dans son canapé ou Pimousse ne lui cédant pas assez vite son morceau de pomme.

La différence entre leurs deux personnalités et la relation qui s’établit entre eux fut réellement une révélation pour moi. Si ces deux petits êtres, en plus d’avoir une personnalité, en avaient qui plus est chacun une, et bien marquée, je ne pouvais qu’en déduire que tous les animaux en ont une ; chèvres, moutons, cochons, vaches, chevaux, lions, pandas, girafes etc, tous les animaux qui peuplent -et embellissent- cette terre, chacun d’entre eux a son individualité, ses traits de caractère, ses envies, ses craintes et ses peines, ses amitiés et ses amours, ses motifs de contrariété et ses moments de joie…

J’ai commencé, et continue aujourd’hui, à regarder différemment tous les animaux, tous les êtres vivants. Je remarque dorénavant tous les chiens que je croise et leur glisse toujours un mot gentil, je m’écarte des pigeons pour les laisser manger tranquilles, je libère les insectes piégés par mes fenêtres, je ne peux plus regarder impuissante la souffrance du poisson étouffant sur l’étal ni supporter l’idée qu’on enlève un veau à sa mère ou des porcelets à la leur, qu’on abandonne un animal, qu’on le torture, qu’on lui donne la vie à la seule fin de le tuer.

animalportraits7animalportraits18animalportraits11

Tout ce petit monde m’importe désormais. C’est un sentiment magique vous savez, source parfois de désespoir oui, mais principalement d’un sentiment profond de paix et de bien-être. Ressentir une immense tendresse pour tout ce qui vit, observer la nature et toutes ses créatures avec admiration et émerveillement, sourire à un chien, admirer l’envol d’un oiseau, tout cela rend véritablement heureux.

Et contrairement à ce que peuvent penser et parfois dire certaines personnes, ma compassion et mon empathie pour l’être humain n’ont pas disparu pour autant ; j’éprouve toujours la même tristesse à voir à quel point il se maltraite et maltraite les siens, et le même besoin de faire ce que je peux au jour le jour, tant pour les malheureux que je croise que pour les gens qui m’entourent.

Mais revenons à nos lapins… Six ans plus tard, la beauté de ces petits êtres si gentils, qui ne vivent que pour la simple joie d’être en vie, au chaud, avec un ami aimé à câliner, et oui bien sûr pas mal de bêtises à inventer, me réjouit toujours autant. Je ne me lasse pas de gagatiser en les voyant lovés sur le canapé, endormis au soleil, en pleine toilette ou agités parce que j’ai changé un objet de place dans l’appartement. Essayez, vous verrez. Quand on regarde un animal, pendant un moment tout ce qu’il y a de laid dans ce monde disparaît et l’essentiel nous touche en plein cœur.

L'amour fol

L’amour fol

Je serais ravie de savoir ce qui vous a poussé à devenir végétarien ou végétalien ; si vous avez un peu de temps pour partager votre histoire avec moi, j’adorerais la connaître.

Bonne journée, et à bientôt.