Tag Archives: animaux

Les animaux, les enfants, et ce qu’on leur sert

Avez-vous remarqué que les enfants commencent quasiment toujours par imiter les différents cris des animaux, avant d’imiter ceux de leurs parents ? Combien y a-t-il de jeux différents pour apprendre aux tout-petits à faire miaou comme le chat, wouf comme le chien, meuh comme la vache et grouik grouik comme le cochon, savoir qui mange quoi, reconnaître les habitats des uns et des autres, différencier le pelage du plumage de l’écaille et du cuir ? Et je ne parle même pas des livres et dessins animés innombrables ou des omniprésentes peluches, que l’enfant peut serrer contre lui dès l’âge de 3 mois et jusqu’à celui de 99 ans si ça lui chante.
Livres et jeux enfants animaux
Peut-être que tous les enfants ne sont pas systématiquement ou naturellement attirés par les animaux, qui peuvent aussi simplement les intriguer ou leur faire peur, mais tout de même, on peut constater chez eux un net penchant pour ces autres êtres vivants tout doux à caresser. D’ailleurs, qui n’a pas vécu la joie d’emmener un enfant au parc et de constater la sienne à la vue de l’un ou l’autre animal, à l’approche d’un lapin, d’un veau ou d’un petit mouton ?
children animals
Avez-vous remarqué également que les enfants semblent tous traverser une période pendant laquelle ils ne veulent plus rien manger d’autre que du jambon et des saucisses accompagnés de coquillettes ou de purée, alors qu’à peine quelques mois avant, ils dévoraient des petits pots de fruits et légumes qu’ils ne recommenceront à aimer qu’une fois passée l’adolescence ?

Quel rapport me direz-vous ? Enfin, non, je suis sûre que vous ne me direz pas ça, mais ce rapport précisément, pourquoi n’est-il jamais fait clairement ? Ne serait-il pas normal d’expliquer à l’enfant qui s’apprête à déguster sa première tranche de jambon, sa première rondelle de la matière qui constitue une saucisse herta, d’où provient cette matière ? Comment on va tuer le porcelet qui l’a tellement fait rigoler le week-end dernier, comment on va dépecer le lapin qui l’a rendu hystérique d’émerveillement enfantin ? Et comment tous ces animaux sont traités au quotidien pour finir dans des paquets cellophanés?
children animals rabbit
Non, parce qu’il ne faut pas traumatiser les enfants, surtout pas en leur disant la vérité.
Pourtant, c’est la vérité. Et je trouve triste le contraste entre cette place prédominante que prend le monde animal dans le développement de l’enfant et dans son monde affectif, et celle qu’il ne prend plus du tout quand il s’agit de se mettre à table. Je comprends l’existence de ce paradoxe, mais j’ai de plus en plus de mal à le trouver normal. Tout comme je me fatigue doucement de cet autre contraste, celui entre les gros rires qui fusent si un enfant s’exclame devant moi qu’il adoooore le caneton farci , et les gros yeux qui me foudroient si jamais je suggère en chuchotant bien loin de toutes les mini-oreilles que cette visite à la ferme en mode bisounours est peut-être un peu hypocrite -tous ces « tu as vu mon chéri comme il est mignon le petit nanio », alors qu’on sait que deux jours plus tard la gorge du petit nanio sera tranchée pour que Pâques ait le même goût que l’année précédente …
children-feeding-lambs1
Que les enfants décident une fois qu’on leur a tout expliqué qu’ils ont quand même envie de manger du saucisson, du lapereau ou des cuisses de grenouille, soit, mais mon avis reflète plutôt celui exprimé par Harvey Diamond : « Mettez un enfant dans un berceau avec une pomme et un lapin. S’il mange le lapin et joue avec la pomme, je vous achète une voiture neuve ! ». Bon, soyons clairs, je ne vous achèterai pas de voiture, à la rigueur une trottinette, c’est moins polluant, moins dangereux et plus joli. Et jamais non plus je ne parlerai aux enfants de qui que ce soit à la place de leurs parents ; mais je pense vraiment que c’est une question à se poser, et que les enfants se poseront de toute façon un jour.

Copyright: Elena Shumilova - Ses photos sur https://500px.com/ElenaShumilova

Copyright: Elena Shumilova – Ses photos sur https://500px.com/ElenaShumilova

Et non, les images agrémentant votre lecture de ce post ne contiennent aucun message subliminal 😉

Les deux lapins qui me rendent chèvre

J’ai toujours aimé les animaux, mais c’est à deux lapins que je dois la prise de conscience qui m’a amenée à devenir définitivement végétarienne.

Il y a six ans de cela, j’étais au chômage et, seule chez moi pendant la journée, j’avais terriblement besoin d’une présence. J’avais toujours voulu un chien, mais mon conjoint refusait que nous en adoptions un tant que nous étions en appartement, argument que je ne pouvais qu’accepter.

Un jour, au détour d’une de mes innombrables visites sur des sites proposant des animaux à l’adoption, je vis la photo d’un tout petit lapin, bien entendu invraisemblablement mignon. Tant pis si contrairement à un chien, un lapin n’allait sans doute pas m’offrir une vraie relation, une véritable interaction ; je voulais aimer celui-là.

P'tit Pimousse, vraiment p'tit

Mon P’tit Pimousse, quand il était vraiment p’tit

Eh oui, à l’époque je pensais que la plupart des animaux n’étaient que des boules de poils plus ou moins grosses, munies d’instincts et de besoins. Je ne les en aimais pas moins pour autant, mais je n’en attendais pas davantage.

Quels ne furent pas mon étonnement et ma joie en découvrant semaine après semaine que si regarder vivre cette petite chose et m’en occuper étaient comme je m’y attendais source d’amusement et de réconfort, il était encore plus jubilatoire de déceler chez elle un vrai caractère, une vraie personnalité. Fou de câlins, P’tit Pimousse était aussi curieux, voire casse-cou, et adorait s’endormir près de moi ou se nicher entre mes pieds quand je travaillais.

Deux mois plus tard, nous étions devenus bien trop proches et je craignais le jour où ayant enfin retrouvé du travail, je devrais le laisser seul. Je décidai donc de prendre une petite lapine pour lui tenir compagnie.

P'tit Pimousse rencontre Chipie; c'est l'amour...

P’tit Pimousse rencontre Chipie; et l’adopte.

Chipie, qui a gagné son nom à la seule force de sa chipitude, était effrontée, beaucoup moins sociable et câline que Pimousse, courageuse et… capricieuse, tapant du pied dès que quelque chose la dérangeait. Quelque chose, c’est-à-dire moi m’asseyant dans son canapé ou Pimousse ne lui cédant pas assez vite son morceau de pomme.

La différence entre leurs deux personnalités et la relation qui s’établit entre eux fut réellement une révélation pour moi. Si ces deux petits êtres, en plus d’avoir une personnalité, en avaient qui plus est chacun une, et bien marquée, je ne pouvais qu’en déduire que tous les animaux en ont une ; chèvres, moutons, cochons, vaches, chevaux, lions, pandas, girafes etc, tous les animaux qui peuplent -et embellissent- cette terre, chacun d’entre eux a son individualité, ses traits de caractère, ses envies, ses craintes et ses peines, ses amitiés et ses amours, ses motifs de contrariété et ses moments de joie…

J’ai commencé, et continue aujourd’hui, à regarder différemment tous les animaux, tous les êtres vivants. Je remarque dorénavant tous les chiens que je croise et leur glisse toujours un mot gentil, je m’écarte des pigeons pour les laisser manger tranquilles, je libère les insectes piégés par mes fenêtres, je ne peux plus regarder impuissante la souffrance du poisson étouffant sur l’étal ni supporter l’idée qu’on enlève un veau à sa mère ou des porcelets à la leur, qu’on abandonne un animal, qu’on le torture, qu’on lui donne la vie à la seule fin de le tuer.

animalportraits7animalportraits18animalportraits11

Tout ce petit monde m’importe désormais. C’est un sentiment magique vous savez, source parfois de désespoir oui, mais principalement d’un sentiment profond de paix et de bien-être. Ressentir une immense tendresse pour tout ce qui vit, observer la nature et toutes ses créatures avec admiration et émerveillement, sourire à un chien, admirer l’envol d’un oiseau, tout cela rend véritablement heureux.

Et contrairement à ce que peuvent penser et parfois dire certaines personnes, ma compassion et mon empathie pour l’être humain n’ont pas disparu pour autant ; j’éprouve toujours la même tristesse à voir à quel point il se maltraite et maltraite les siens, et le même besoin de faire ce que je peux au jour le jour, tant pour les malheureux que je croise que pour les gens qui m’entourent.

Mais revenons à nos lapins… Six ans plus tard, la beauté de ces petits êtres si gentils, qui ne vivent que pour la simple joie d’être en vie, au chaud, avec un ami aimé à câliner, et oui bien sûr pas mal de bêtises à inventer, me réjouit toujours autant. Je ne me lasse pas de gagatiser en les voyant lovés sur le canapé, endormis au soleil, en pleine toilette ou agités parce que j’ai changé un objet de place dans l’appartement. Essayez, vous verrez. Quand on regarde un animal, pendant un moment tout ce qu’il y a de laid dans ce monde disparaît et l’essentiel nous touche en plein cœur.

L'amour fol

L’amour fol

Je serais ravie de savoir ce qui vous a poussé à devenir végétarien ou végétalien ; si vous avez un peu de temps pour partager votre histoire avec moi, j’adorerais la connaître.

Bonne journée, et à bientôt.

Condition animale: petit bilan illustré de l’année 2014

Tandis que la fin de l’année approche, et que j’ai encore environ 12438 idées de posts parmi lesquels choisir, j’opte finalement aujourd’hui pour un very-positif-post: quelques belles avancées 2014, qui prouvent que les droits des animaux sont un sujet pris au sérieux et une cause qui progresse. Grouaaaarr (rugissement de joie) !

Un des principaux problèmes est qu’en France, comme dans beaucoup d’autres pays, les animaux sont écartelés non seulement dans les labos et les abattoirs, mais aussi entre leurs différents statuts légaux: “êtres sensibles” selon le Code rural et protégés par le Code pénal qui condamne tout acte “de cruauté ou de maltraitance” à leur égard, ils sont cependant rangés parmi les “meubles” dans le Code civil. Code qui date de 1804 et a été rédigé pour organiser le commerce, notamment des produits agricoles…

Certains décrets et dispositions viennent eux aussi s’ajouter à ce flou juridique, combattu bien entendu par les associations et défenseurs de la cause animale, qui demandent que le statut des animaux soit définitivement changé et leurs droits reconnus. Vaste débat, qui soulève énormément de questions à la fois juridiques, éthiques, philosophiques et bien sûr économiques… Si depuis Descartes on ne considère malheureusement plus que les animaux ont une âme, plus aucun scientifique ne défend aujourd’hui cette opinion. Et partout dans le monde, lentement mais sûrement, les choses changent pour le mieux:

Furry babiesPlusieurs grandes marques de vêtements ont annoncé qu’ils ne vendraient plus aucun vêtement ou accessoire avec de l’angora. Pour information, ignoble mais parfois nécessaire, sachez que cette fourrure est arrachée de la peau de lapins dont les pattes sont attachées à deux cordes afin que leur peau soit bien tendue. Ensuite ils sont remis en cage jusqu’à ce que leur peau à vif cicatrise, que les poils repoussent, et ainsi de suite… Une vie en enfer ou plutôt un enfer de vie, que ne soutiendront plus ASOS, H&M, Calvin Klein, French Connection, Tommy Hilfiger, Lacoste, Monsoon et All Saints. Bravo et merci !

alternatives-research Le gouvernement indien a annoncé en mai 2014 qu’il serait désormais interdit en Inde de tester les produits cosmétiques sur des animaux. En novembre de la même année, il a déposé une loi interdisant l’importation dans le pays de produits cosmétiques testés sur des animaux. Une superbe avancée, qui épargne à des millions d’animaux des expériences cruelles dont ils ressortent aveugles, brûlés et empoisonnés, quand ils en ressortent. Viva India !

Family of lionsEn attendant décembre 2015 et l’officialisation par la Grande-Bretagne de sa décision d’interdire la présence d’animaux sauvages dans les cirques -une mesure qui a déjà été implémentée en Autriche, en Bosnie, en Croatie et en Grèce ainsi qu’en Bolivie, Colombie, au Paraguay et au Pérou- le Cirque International de Moscou a pris l’engagement de ne plus utiliser d’animaux du tout dans ses spectacles.

phoque_bebeL’Organisation Mondiale du Commerce a rejeté l’appel des gouvernements canadien et norvégien contre l’embargo européen, et confirmé l’interdiction de commercialiser sur l’ensemble du territoire européen les produits issus de la chasse aux phoques, qu’il s’agisse de leur peau, de leur viande ou des autres produits dérivés de ce sanglant massacre. Cette interdiction représente une réjouissante première pour le droit international, et encore davantage pour les quelques 400 000 phoques qui pouvaient parfois être tués en une seule année…

AAVS MonkeyLa compagnie aérienne China Southern Airlines a annoncé en mars sa décision de ne plus transporter sur ses avions les singes envoyés d’Asie vers les laboratoires européens et américains où ils sont vivisectionnés, estropiés et mutilés. Une belle victoire pour nos amis primates, obtenue par l’organisation internationale PETA. Félicitations et surtout youpi !

Pour finir, en guise de digestif après ce festin de bonnes nouvelles et mes métaphores indigestes, une petite citation d’Isaac Bashevis SInger, prix Nobel de littérature: “Je suis végétarien pour des raisons de santé; la santé des poulets“. Héhé.

bird by Jan Vis

A bientôt chers amis, et portez-vous bien !