La crainte des carences – Episode 1 : les protéines

Décider d’arrêter de manger des animaux, ça c’était fait. Mais n’étant pas à la base quelqu’un qui aimait cuisiner, je me retrouvais avec une grosse question : comment allais-je cuisiner maintenant ? Je n’avais déjà pas une alimentation très équilibrée, préférant de loin combler ma faim avec une des boîtes de biscuits qui traînent toujours chez moi, plutôt que me mettre aux fourneaux.

Bizarrement, quand je mangeais de la viande et du poisson, je vivais avec l’impression que l’un dans l’autre, pour peu que je mange de temps en temps quelques légumes et des féculents, je ne risquais rien. Bref, à la fin de la semaine ou de l’année, l’ensemble de mes repas s’équilibrait sans doute et je ne m’en faisais pas du tout…

Mais soudain, je m’inquiétais. J’étais plus que décidée à préserver la vie pour me nourrir, mais pas vraiment à prendre de risques avec la mienne. Et clairement, je n’avais pas choisi de m’approprier ce régime de manière progressive et ne connaissais donc rien aux impératifs d’une vie végétarienne saine et équilibrée.

Les nombreux sites et blogs végétariens anglophones m’ont beaucoup aidée. Tout d’abord, je lus quelque part que l’un dans l’autre, mal manger végétarien était toujours mieux que manger de la viande tous les jours. L’information, dont peu m’importait la base sur laquelle elle se fondait, me rassura.

Au fil du temps, j’appris tout ce qu’il me fallait. Tout d’abord, quelques informations pour mettre définitivement de côté les a priori qui ont la vie dure et le muscle tonique : le végétarien n’est pas un être diminué, dont tous les muscles ont fondu tandis que sa peau s’est parée d’une pâleur grisée reflétant non seulement l’ineptie de son choix de vie mais aussi à quel point il est en réalité malheureux sans bacon.

Voici une toute petite liste de végétariens illustrant assez bien le propos: Carl Lewis. Eh oui ! Murray Rose, nageur australien cinq fois médaille olympique ; Martina Navratilova et Ivan Lendl, champions de tennis ; Scott Jurek, ultramarathonien américain ; et les 5000 adhérents à l’association américaine des bodybuilders végétaliens, que ne renierait pas Popeye !

Mais vous avez raison, ça ne vous dit pas comment je m’assure un apport suffisant en protéines sans devoir trimer des heures durant en cuisine avec des ingrédients inconnus à mon mini-bataillon de cuisinière du dimanche.

C’est simple ; oui, le corps humain a besoin de protéines, qu’il ne fabrique pas lui-même. Il a besoin de 0,8g de protéines par kilo et par jour. Mais que ces protéines soient animales ou végétales ne change rien. Et les protéines animales viennent souvent accompagnées de quelques copains qui sont à terme responsables de maladies cardio-vasculaires : cholestérol, graisses saturées, hormones, antibiotiques… Tandis que les protéines végétales ont aussi des copains, mais plus sympas : antioxydants, fibres, minéraux…

Parmi ces gentils fournisseurs, pas compliqués du tout et ne nécessitant guère plus de savoir culinaire ou de préparation que le bout de chair que vous déposez dans une poêle, se trouvent des céréales, des légumineuses, des noix et des légumes : une tasse d’épinards fournit 5g de protéines, une tasse de pois chiches 15, les lentilles 18, une poignée d’amandes 8, tout comme le quinoa ou les petits pois. L’essentiel est, comme c’est absolument toujours le cas en matière d’alimentation, de varier les sources et les ressources ! En somme, mangez varié et vous ne connaîtrez pas la carence.

Dans un prochain post, je vous donnerai quelques recettes simples et savoureuses pour prendre soin de vos papilles et de vos muscles ! Pour terminer celui-ci, voici quelques images trouvées sur un site végétarien anglophone. Apparemment, en Amérique ou en Angleterre, la question la plus fréquemment posée aux végétariens et que ces derniers trouvent la plus agaçante, est celle des protéines ; tandis qu’en France, d’après mon expérience, les gens ont privilégié la question très philosophique du meurtre des légumes… Il ne me reste qu’à créer mes propres petites vignettes humoristiques !

A bientôt, bon appétit, bonne journée et merci d’être là !

Veganfork VeganeatsmeaterVegan Gorilla

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *